La kora est un instrument de 21 cordes de type harpe-luth, issue de la culture Mandingue de l’Afrique de l’Ouest. Elle est construite à partir d’une grande calebasse coupée en deux, et recouverte d’une peau de vache à la manière d’un tambour. Un long manche de bois dur traverse la calebasse et les cordes sont déposées sur un pont arché.
L’instrument est joué avec les pouces et les index pour produire différentes formes rythmiques et mélodiques en parallèle. Les joueurs expérimentés improvisent l’ostinato (“kumbengo”) et le solo (“birimintingo”) en même temps.
Les légendes nous racontent que les premières koras étaient jouées par les Djinns (esprits surnaturels) et que les koras originales étaient dotées de 22 cordes. L’instrument a été amené aux humains par Jeli Mady Wuleng, de la famille Sissokho. Un jour, Jeli Mady Wuleng marchait dans la forêt, suivant une femme d’une beauté extraordinaire, quand soudainement cette dernière disparût dans une caverne. Il entendit alors un son magnifique et enchanteur en provenance des profondeurs alors il s’aventura lui aussi dans la caverne. Quand il ressortit de la caverne, il tenait dans ses mains la kora, mais la femme avait complètement disparu. Il joua de la kora à 22 cordes jusqu’à sa mort en souvenir de cette aventure. Quand il mourût, une corde de l’instrument fut retirée en son honneur. La présence des Djinns et du monde inconnu est au coeur de la mythologie de la kora et de nombreux djelis croient que toute musique est un don de l’esprit.
Aujourd’hui, la kora est devenue l’un des instruments mélodiques africains les mieux connus et les plus polyvalents, rejoignant
ainsi de nouveaux territoires et transcendant ainsi plusieurs barrières musicales conventionnelles, tout en demeurant fermement enracinée dans la tradition..

PARTAGER
Article précédentL’ENNAGA
Article suivantLE WASSAMBA